Transhumance à Périgueux

Classé dans : Non classé | 0

Le 15 octobre 2019 nous partons avec notre troupeau de brebis à Marsac au Parc des Expositions depuis le Parcot. Une belle aventure, qui a débuté autour d’un verre avec Didier Vassal et Pascal Laurent. Les organisateurs sont donc le Parc des Expositions, Lo Bournat et nous, Pastoralisme en Double . Et heureusement, car autant nous nous sentons capables de mener le troupeau autant nous sommes désarmés devant les démarches administratives, et nous aurions jamais le temps de nous occuper d’animations autour de cet événement.


Le pastoralisme est sans doute la forme la plus ancienne de l’élevage. Ce lien fort entre humain et animal, tous deux vivants au même rythme des jours et des saisons, remonte à la nuit des temps.

Aujourd’hui, en pleine déprise agricole, le pastoralisme représente une des réponses à une agriculture trop intensive, trop déshumanisée. Un troupeau qui est nourri uniquement avec ce que la nature offre, sans interventions mécaniques, trouve facilement sa place dans nos campagnes. L’enjeu est simple, des clôtures mobiles, des chiens, et une population locale favorable à un troupeau itinérant. 

Grâce à leur mobilité, les brebis peuvent se nourrir dans les coins délaissés, elles trouvent leur bonheur aussi bien dans les friches et sous-bois que dans les prairies fauchées par un agriculteur. Elles peuvent se balader le long d’un chemin ou d’un cours d’eau tout en se nourrissant, et leur passage est favorable à la diversification de la flore. Des plantes délicates, ayant besoin de lumière au sol pour pouvoir pousser, retrouvent ainsi leur place dans l’écosystème. Insectes et oiseaux profitent aussi du passage d’un troupeau.

Dans nos campagnes souvent reculées et un peu délaissées, un troupeau de brebis contribue au lien social entre les gens et les hameaux. Les prairies vidées de leur bétail retrouvent une vie et les brebis contribuent à garder le milieu ouvert. 

Le troupeau avance toujours, et en temps de sécheresse, il trouve de l’herbe verte. Les brebis occupent un grand territoire, leur nourriture est donc autant diversifiée, ce qui contribue à la santé des bêtes. Elles aiment marcher, car elles savent que devant elles se trouvent les pâturages nouveaux, avec de l’herbe fraîche et propre.

Cette transhumance, au profit des blouses roses, aimerait porter les valeurs du pastoralisme et de La Double vers notre capitale départementale. En effet, le petit pays de La Double cache beaucoup d’initiatives et d’activités. Les associations sont nombreuses, et nous voulons offrir à toutes ces personnes engagées une plate-forme pour mieux faire connaître notre territoire.